Le Jardin des Délices (Copie de Jérôme Bosch par Michel Mancini) Panneau gauche – le Jardin d’Eden

le Jardin d'Eden

Publié le : 27 mars 20174 mins de lecture

Le panneau de gauche représente le paradis terrestre. L’original mesure 220 cm de haut et 97,5 cm de large et la copie ci-dessus la moitié de ces mesures.

On peut diviser ce panneau en trois parties :

la partie supérieure, où l’on trouve des rochers aux formes bizarres d’où s’échappent des nuées d’oiseaux.


la partie centrale, on peut voir la Fontaine de la Vie, de couleur rose et à la droite de celle-ci l’Arbre du Bien et du Mal (un palmier) reconnaissable au fait que le serpent tentateur s’y enroule.


la partie basse, il y a une scène atypique en ce sens qu’elle ne représente ni la création d’Eve à partir de la côte d’Adam, ni la manière dont ils se comportent dans le jardin d’Eden , ni les reproches qui suivirent l’expulsion du paradis qui sont les seuls thèmes relatés dans la Génèse en relation avec cet épisode.

Dans cette scène curieuse et originale apparaissent Dieu, Adam et Eve. Adam est réveillé, ce qui apparaît seulement dans les miniatures, et Dieu lui présente Eve récemment créée. Dieu est représenté d’une manière désuète pour l’époque de Jérôme Bosch : comme s’il s’agissait de Jesus-Christ. Eve est agenouillée sur le sol et tient la main de Dieu. Adam, à demi-couché regarde la future pécheresse. A sa gauche, on trouve l’Arbre de la Vie, un dragonnier des Canaries et au premier plan un bassin avec des animaux pour la plupart fantastiques.

Etant donné que le panneau central représente un monde de luxure, on a interprété ce panneau comme le prélude de ce qui allait arriver. Dans ce qui à première vue apparaît être l’Eden typique, associé à l’idée de paix et de quiétude, si on y regarde de plus près, cette scène idyllique se trouve perturbée. Divers signes de tourments font irruption.

Derrière la Fontaine de la Vie, sur la droite, des animaux s’affrontent les uns aux autres : un lion a terassé un cerf et s’apprête à le dévorer, un étrange bipède est poursuivi par un sanglier. Au premier plan, près du bassin, les disputes entre les animaux recommencent à se produire : un léopard tient un rat dans sa bouche et un oiseau à dents mange une grenouille. On a l’habitude de considérer ces signes étrangers à la paix paradisiaque comme une annonce du péché.

Le péché féminin est personifié par les insectes et reptiles qui se trainent parterre ou par les amphibiens et possons qui nagent dans l’eau, étant donné que des quatre éléments (la Terre, l’Eau, le Feu et l’Air) la terre et l’eau sont considérées comme des éléments passifs mais féconds, qui comme la femme, reçoivent la semence.

Le péché masculin est représenté par les bêtes qui volent : les insectes volants, les oiseaux, les chauves-souris etc… , vu que l’air est considéré comme un élément actif, associé au feu et masculin par opposition à la terre qui, elle, est féminine.

Ci-dessus, à droite de l’image de gauche, se trouvent des loupes. Si vous cliquez sur une quelconque de ces loupes vous accéderez au détail correspondant du panneau.

Plan du site