La peinture du XIIe siècle

La peinture du XIIe siècle

L’art de la peinture est aujourd’hui surtout reconnu à partir de la Renaissance qui a établi les règles de la représentation classique comme la perspective par exemple. Cependant, l’art pictural n’a pas commencé au XVIe siècle, et le XIIe siècle est, par exemple, riche de représentations picturales.

L’art pictural du XIIe siècle

Il est très difficile de parler de la peinture au Moyen-âge. Tout d’abord, l’art de la peinture au XIIe siècle n’est pas le même que celui que l’on connaît aujourd’hui. Autrement dit, l’activité principale des peintres de cette époque ne consistait pas à peindre des tableaux sur toiles. La technique ne permettait pas toujours de pouvoir peindre avec un résultat satisfaisant sur une toile, et les artistes de l’époque étaient plus enclins à réaliser des œuvres sur des panneaux de bois par exemple. Et d’ailleurs, il faut savoir que les principaux mécènes de cette époque restent le clergé qui pouvaient commander suivant leurs besoins et leurs moyens différentes œuvres, mais les réalisations de grands tableaux bourgeois n’étaient pas encore très répandues, et de plus, les thèmes restaient à l’époque quasi-exclusivement religieux et ne laissaient pas de place à la représentation de nobles locaux ou de riches marchands. L’art pictural du Moyen-âge est surtout présent dans les fresques peintes, les enluminures des rares manuscrits de l’époque (dans l’immense majorité l’enluminure de Bibles) ou encore des petites icônes, mais plus présentes dans les régions de religion orthodoxe. Il faut également savoir que peu de peintres pouvaient se permettre de laisser leurs signatures sur les œuvres qui leurs étaient commandées, ainsi, beaucoup de peintures de cette époque ont encore aujourd’hui des auteurs qui sont inconnus.

Les codes de représentation

Il faut savoir qu’avant la Renaissance, les codes de représentation picturale étaient très particuliers. Ces codes étaient principalement dus directement ou indirectement à la religion catholique. Tout d’abord sans règles de perspective, ni véritable connaissance anatomique, la représentation du corps humain (le catholicisme interdisait toute dissection) ou de la nature était extrêmement codifiée pour correspondre à une représentation acceptable aux yeux de la religion. Ainsi dans l’art islamique la nature pouvait parfois être représentée sous forme géométrique et d’arabesque pour éviter toute représentation pouvant être mal perçue. De même, les poses ou les proportions des personnages représentés nous semblent aujourd’hui complètement fantaisistes, mais les tailles des protagonistes étaient, par exemple, le résultat de leur importance dans les scènes, et le manque de connaissance sur la perspective n’empêchait pas les peintres de montrer des différences de plans. De même sur les détails, outre les restrictions culturelles de l’époque, les techniques n’étaient pas encore celles d’aujourd’hui, la peinture à l’huile n’était pas encore présente et les peintres de l’époque avaient ainsi beaucoup plus de mal à signifier des petits détails. Cependant, même si les codes de représentation ont drastiquement changés depuis le XIIe siècle, il est encore tout à fait possible d’apprécier ces peintures en connaissant les codes et les techniques de l’époque.

——————————————————
Pour en savoir plus cliquez ici